A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Titretrier par ordre décroissant
HEIDEGGER

" Il est bien connu que Heidegger détestait probablement encore plus la démocratie libérale à l'anglo-saxonne que le communisme soviétique" ( J Bouveresse. Essais IV, Agone,p.159)

Histoire

 

Valéry [02] L’histoire et ses leçons : « le produit le plus dangereux que la chimie de l’intellect ait élaboré »

 

 

 

 « L’Histoire est le produit le plus dangereux que la chimie de l’intellect ait élaboré. Ses propriétés sont bien connues. Il fait rêver, il enivre les peuples, leur engendre de faux souvenirs, exagère leurs réflexes, entretient leurs vieilles plaies, les tourmente dans leur repos, les conduit au délire des grandeurs ou à, celui de la persécution, et rend les nations amères, superbes, insupportables et vaines.

 

L’Histoire justifie ce que l’on veut. Elle n’enseigne rigoureusement rien, car elle contient tout et donne des exemples de tout.

 

Que de livres furent écrits qui se nommaient : « La Leçon de ceci, les Enseignements de cela ! ... » Rien de plus ridicule à lire après les événements qui ont suivi les événements que ces livres interprétaient dans le sens de l’avenir.

 

Dans l’état actuel du monde, le danger de se laisser séduire à l’Histoire est plus grand, que jamais il ne fut.

 

Les phénomènes politiques de notre époque s’accompagnent et se compliquent d’un changement d’échelle sans exemple, ou plutôt d’un changement d’ordre des choses. Le monde auquel nous commençons d’appartenir, hommes et nations, n’est qu’une figure semblable du monde qui nous était familier. Le système des causes qui commande le sort de chacun de nous, s’étendant désormais à la totalité du globe, le fait résonner tout entier à chaque ébranlement; il n’y a plus de questions finies pour être finies sur un point.

 

L’Histoire, telle qu’on la concevait jadis, se présentait comme un ensemble de tables chronologiques parallèles, entre lesquelles quelquefois des transversales accidentelles étaient çà et là indiquées. Quelques essais de synchronisme n’avaient pas donné de résultats, si ce n’est une sorte de démonstration de leur inutilité. Ce qui se passait à Pékin du temps de César, ce qui se passait au Zambèze du temps de Napoléon, se passait dans une autre planète. Mais l’Histoire mélodique n’est plus possible. Tous les thèmes politiques sont enchevêtrés, et chaque événement qui vient à se produire prend aussitôt une pluralité de significations simultanées et inséparables. »

 

 

 

[Paul Valéry, Regards sur le monde actuel, 1945]